» Ils venaient d’Evreux et ont migré sur Le Havre, ils étaient sur le label Boucherie Productions ( Les Garçons Bouchers ça vous parle ? ), alors vous voyez à qui je fais allusion ?

Les Roadrunners !  » Le meilleur groupe de rock français  » selon un certain Philippe Vandel, paroles prononcées à l’époque de leur passage TV sur Canal + ou nos Roads ont joué live leur single Macadam River.

Frandol et ses compères commettent leur premier méfait en 1987  » Beep Beep  » et ses sons très prometteurs, orientés mod-garage : le décor est planté.

1989, leur deuxième album et un nouveau line-up, un son plus pêchu, le très bon et original  » A frog in my throat  » avec ses titres qui font mouches ( c’est la grenouille qui va être contente.. ahem ! ), un jeu carré et des solos de guitares incisifs plus ces infiltrations ‘Farfisesques’ nous rappelle que c’est un groupe garage et pas de la pop mielleuse …ça sent le rock et on aime ça !

Nos Roads tournent beaucoup et partout dans toute la France, et que ce soit dans les petites villes voir les villages en pleine campagne, les gens répondent toujours présents, ils savent qu’ils vont voir un vrai concert rock.

C’est en 1991 que voit le jour leur troisième album intitulé  » Bizarre Rendez-vous « , c’est toujours aussi bon, puissant, d’ailleurs le gros son est peut être plus marqué que sur les autres albums, toujours est il que l’on sent bien les influences de nos petits gars, des Beatles pour le côté mélodique, aux Kinks en passant par les groupes garage des 60’s, les Remains, Sonics etc, on retrouve toute cette pêche dans l’album !

1992 :  » Beep Show « , les Roadrunners LIVE et ça dépote !

1993 :  » Instant Trouble « , même schéma, toujours cette même énergie ravageuse, on peut penser ici au très « tribal-big beat  » Beat around the Bush, qui matraque bien il faut le dire !

1995 :  » $ales Figures « , un style qui diffère un peu avec du Franglais, mais qui garde l’essence de la musique des Roads, c’est à dire leur énergie indéniable !

Mais que manquait il donc pour qu’il y est un déclic, un truc qui fasse que … ça explose enfin, que la voie du succès s’ouvre à eux ?!

Naguy se le demandait aussi lors du passage TV des Roadrunners à Taratata, mais bon c’est dur de savoir ce qui manquait à ce groupe pour que ça marche… l’énergie était là, ça rockait sévère… peut être trop ? Car c’est bien connu et vous ne serez pas étonné en lisant ça, que les maisons de disques sont toujours un brin propres, il faut ci, il faut ça, toujours à te diriger et au final tu ressors avec un disque qui devient impersonnel, ça devient l’album que la maison de disques a voulu que tu sortes et plus TON album que tu aurais voulu faire…bref je m’égare !
Enfin ça reste dommage qu’un groupe avec plus de 1000 concerts dans toute la France à leur actif, un groupe qui avait de l’énergie à revendre, ne soit pas parvenu à décoller !

Finalement, en 1997, le groupe se sépare et Frandol se lance dans une carrière solo avec deux albums à son actif, apparemment  » étriqué dans son costume de chanteur anglais  » d’après ce qu’il disait.

Que retenir des Roadrunners ?

Un son, un groupe soudé, une énergie incroyable en concert, ils auront marqué l’esprit des gens qui aiment le Rock, le vrai, celui qui prends aux tripes et qui se vit en live.  »

Louis Hauguel,

Paru dans le fanzine rock gratos  » Buried Alive « .

line up