Deux albums et puis s‘en vont. Mais quels albums ! Peut-être ce qui s’est fait de mieux en France en matière de Rock Garage toutes époques confondues. Débrouillards et culottés, ils enregistrent leur premier album à Londres sous les conseils avisés de Larry Wallis, l’homme à qui l’on doit le second album de Mick Farren. Entre pub rock à la Dr Feelgood et Rhythm and Blues cher à Wilson Pickett, le résultat est à la hauteur de leurs attentes et sort sur Sonics Records, le label de Stéphane véritable quatrième membre du groupe. A force de refus polis, on finit par faire le boulot sois même ! Le 45t suivant affute l’énergie brute du combo. 45t où l’on retrouve la saxophoniste des Belles Stars. L’année 84 est consacrée au live avec une tournée qui les conduit à Paris et Barcelone, mais aussi au Portugal et en Angleterre. Le live qui suit confirme cette appétence naturelle à la scène. La preuve ? Le magazine anglais Sounds donne 4 étoiles à « Nomads ».
C’est la connexion australienne du label havrais Closer, qui permet à Fixed up de bénéficier du savoir-faire de Rob Younger (membre de Radio Birman et de New Christs) et de Jim Dickson. Enregistré à Sidney pour l’enregistrement de leur deuxième album. Un opus tellement bon que le label local Citadel le distribue sur place !
Mais faute de public, en France, pour ce genre de musique, Fixed Up jette l’éponge en 1988. Enorme gâchis.

line up